L’Algérie a connu dans ces deux dernières années une crise alimentaire qui touche le marché des huiles sans goût. D’une part, la production locale de ces dernières est devenue insuffisante pour couvrir les besoins des citoyens algériens et d’une autre part, les dépenses de l'État sur l’importation de cette matière n’ont cessé d’augmenter. 

C’est pourquoi, le ministère de commerce s’est orienté vers la production locale des ressources des huiles végétales en incitant les agriculteurs à trouver des solutions, parmi elles, la fameuse huile de COLZA comme une meilleure solution pour confronter cette crise. Mais malgré cela, l’Algérie s’est retrouvée encore une fois a importer les semences de COLZA comme second choix à la place d’importer l’huile elle-même, du coup, on se retrouve en face du même problème, les grands frais de l’importation !!

Alors que serait la solution parfaite qui nous permettra de fournir les huiles végétales (spécifiquement l’huile de COLZA) sans les importer elles-mêmes ou leurs semences ?

téléchargement (60).jpg

 C’est en se posant cette question que nous avons trouvé une solution à cette problématique. Notre projet consiste à la production et la distribution des semences de COLZA « appelé un semencier » qui nous permettra de fournir la matière de base pour les agriculteurs qui pourront par la suite extraire les huiles par une compression à froid. Ce semencier sera le premier de son genre car il n’existe toujours pas dans toute l’Afrique, mais il aussi le premier semencier traité avec des techniques modernes et développées qui consistent sur la biotechnologie et la bio-ingénierie pour s’assurer de donner à la fin des semences de COLZA de très bonne qualité. 

Comme nous venons de le citer, les techniques de la culture de notre semencier sont basées principalement sur la Biotechnologie, et oui la Biotechnologie existe en Algérie ! et plus précisément au niveau de l’Ecole Nationale Supérieure de Biotechnologie « ENSB » de Constantine, cet école est connu pour la qualité de ses formations théoriques mais surtout pratiques, l’ensemble des professeurs apprennent à leurs étudiants tous ce qu’ils auront besoin pour être devenir de futurs ingénieurs en Biotechnologie durant leurs cursus universitaire de cinq ans.

 

 

Sans oublier l’accompagnement et les efforts des clubs scientifiques qui font de leurs mieux pour représenter leur spécialité à travers leurs plusieurs projets innovants dans ce domaine. Parmi ceux, le Biotechnology Engineers Network Club « le BEN Club », depuis 2019, les membres de notre club travaille sur la sensibilisation de l’importance de notre spécialité et du diplôme qu’elle délivre, la majorité de nos événements et formations s’appuient sur l’innovation et l’entreprenariat parce que nous croyons que la Biotechnologie considérée comme une nouvelle spécialité est devenue indispensable pour trouver des solutions importantes dans le domaine de la recherche scientifique ou  le monde des startups ou autre.

C’est le cas de notre projet qui est un investissement réel à travers lequel on a ciblé les bases de l’extraction huileuse et surtout parce que nous assurons la distribution de bonnes semences à l’agriculteur, qui va lui donner des graines parfaites et pleines de huiles exceptionnelles qui seront extraites à la fin. Ce projet nous ne permettra pas seulement d’avoir une huile riche, bénéfique pour la santé mais aussi une huile multi-utilisable grâce à sa composition ordinaire qu’on pourrait l’exploiter dans la cosmétologie ainsi que pour la nutrition animale. 

 

Comme vous l’avez compris, le semencier de Colza pourrait être une véritable solution pour notre crise alimentaire et commerciale d’huile et qui nous permettra aussi de réduire la facture d’importation des semences.

Rédiger par : CHAIBI Lina Anfal – étudiante en Biotechnologie

téléchargement (54).jpg