Définir une startup n’est pas chose facile car le mot est utilisé à tort et à travers pour désigner toutes les entreprises liées de près ou de loin aux technologies de l’information et de la communication. Inventé au début de la révolution technologique dans les années 1970, faisant référence à une nouvelle génération de petites entreprises ayant un potentiel de croissance étonnant. Cependant, ce terme est devenu populaire dans les années 1990 et au début des années 2000 avec l’apparition des marques tell que Microsoft ou Apple évoluant à un rythme qui n’a jamais été vu auparavant. 

 

1) Mais d’abord Qu’est-ce qu’une start-up ? :

 

Une startup est une entreprise en phase de démarrage et généralement à la recherche d'importants fonds d'investissements avec un très fort potentiel éventuel de croissance économique et de spéculation financière sur sa valeur future. Sa phase de recherche et développement de produit innovant, de tests d'idées, de validation de technologie, ou de modèle économique (Business Model) est plus ou moins longue, avant sa phase commerciale, de plus que son risque d'échec est très supérieur à celui d'autres entreprises, par son caractère novateur, sa petite taille et son manque de visibilité. 

 

2) Une startup, une entreprise pas comme les autres ? :

 

Si ce n'est le statut juridique, une startup se différencie en bien des points d'une entreprise classique. On est face à deux types de structures qui ne fonctionnent pas pareil, qui n'ont pas la même dynamique ni les mêmes objectifs. 

 


 2-1 Le critère d’innovation d’une Start up : 

 

Le premier critère pour reconnaître une startup c’est :  

1- l’innovation : C’est la principale différence entre une entreprise classique et une Startup. En effet, une Start up, offre des produits et services innovants, qui sont peu communs. À l’origine, une Start up doit apporter une nouvelle idée qui entraînera la création de nouveaux marchés. Que l’idée soit simple ou extraordinaire, l’objectif est de changer la société. On peut donc exclure les idées, produits ou services qui sont déjà existants. 
 
2-Temporaire : une startup n’a pas vocation à le rester toute sa vie. Être startup n'est pas un objectif en soi. Une startup est une phase particulière, et le principal objectif est d'en sortir. Il s’agit comme le dit Peter Thiel, célèbre entrepreneur de la Silicon Valley, de passer de 0 à 1, de transformer une idée en entreprise, de trouver une nouvelle manière de rendre un service, de créer de la valeur. 
 
3-Recherche d'un Business Model : Être une startup c'est apporter de la valeur à des clients avec un produit ou un service que personne n'a jamais fait avant. Et l'enjeu d'une startup est de trouver et construire le Business Model qui va avec. Un Business Model qui n'est pas calqué sur une structure existante, à travers de tester les modèles économiques divers et variés en s'adaptant au fur et à mesure en fonction des résultats obtenus.  
 
4-Un business plan industrialisable :  

C'est le fait de pouvoir reproduire le même concept quel que soit la ville ou le secteur. C’est ce qu’on appelle un business plan industrialisable. Si votre affaire marche bien, il faut que ce soit reproductible à grande échelle. Créer des répliques est une des particularités qui définissent le mieux les Start up. Prenons pour exemple sur Uber qui avait commencé à proposer ses services seulement à San Francisco ! Mais aujourd’hui on peut avoir accès à un service proposé par Uber dans la majorité des grandes villes. Donc il faut être prêt à répéter le même modèle. C’est une des particularités qui différencie une société classique d’une Start up. 
 
5-Une rentabilité effective : 
Dans une société classique, commencer à générer des revenus prend du temps. Énormément de temps si on veut comparer avec les attentes d’une Start up. 
Le temps, on n’en dispose pas assez quand on est entrepreneur. On a besoin de bénéfices vite, très vite. Là où on peut mettre 2 ou 3 ans dans une société classique pour générer des revenus. 
 

3) LE LABEL "STARTUP" : 

 Le label startup est un document institutionnel qui vous servira de « passeport » pour accéder à toutes les facilitations que l’état met à disposition des startups, vous ne pouvez avoir ce label que si vous avez déjà créé votre société et que vous répondez à un certain nombre de critères.
 
Les conditions spécifiques du label : 
 

1-L’Âge : La société ne doit pas exister depuis plus de huit (8) ans.

2-L’Innovation : Le modèle d'affaires de la société doit s'appuyer sur des produits, des services innovants. 

3-Potentiel de croissance : L'entreprise doit avoir un potentiel de croissance important.
 4-Chiffre d'affaires annuel : Ne doit pas dépasser le montant fixé par le comité national.

5-Capital social : il doit être détenu à, au moins, 50% par des personnes physiques, des fonds d'investissement agréés ou par d'autres sociétés disposant du label « Start-up ».

6-La taille : La société ne doit pas avoir plus de 250 employés. 

 
-Toutes société souhaitant obtenir le label « Start-up » en Algérie est tenue de déposer une demande via le portail électronique national des Start-up accompagnée des documents suivants : 
 
1-Un extrait du registre du commerce et des Cartes d'identification fiscale (NIF) et statistique (NIS).
2-Une copie des statuts juridiques de la société.
3-Une attestation d'adhésion à la caisse nationale des assurances sociales (CNAS) avec une liste nominative des salariés.
4-Une attestation d'adhésion à la caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS).
5-Une copie des états financiers de l'année en cours (bilan comptable et compte de résultat, ...).
6-Un plan d'affaires détaillé. 
7-Les qualifications scientifiques et techniques et l'expérience du personnel de la société.
8-Tout titre de propriété intellectuelle et tout prix ou récompense obtenus. 
 

Remarque : Le label « Start-up » est octroyé à la société pour une durée de quatre (4) ans, renouvelable une (1) fois. 

 

À quoi sert un label startup ? :

Les entreprises disposant du label « Startup » sont exonérées de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP), de l’impôt sur le revenu global (IRG) ou de l’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) pour une durée de quatre (4) ans, à compter de la date d’obtention du label « Startup », avec une (1) année supplémentaire, en cas de renouvellement. Elles sont aussi exonérées de la TVA et soumises à 5 % de droits de douane pour les équipements acquis entrant directement dans la réalisation de leurs projets d’investissement. (Article 86 de la loi finance 2021). 

 

À l’occasion de l’installation de la Commission de labellisation des « Startups », « Incubateurs » et « Projets innovants » le ministre a annoncé que cette commission se réunira périodiquement « en moyenne deux fois par mois » et permettra d’étudier les demandes qui seront réceptionnées « exclusivement » sur le portail “startup.dz”. Vous voulez obtenir le label startup ? Rendez-vous sur la plateforme dédiée du Ministère chargé de l'économie de la connaissance et des startups : 

https://startup.dz/pour-les-startups/